dimanche 1 mai 2016

10 bonnes raisons pour partir à la conquête de Golden Kamui en Août


Après avoir été récemment récompensée au Japon, la licence Golden Kamui faisait particulièrement parler d'elle sur le net et attirait la curiosité de bien des lecteurs... Maintenant, fini le suspense, c'est l'éditeur Ki-oon qui a mis la main sur ce titre d'ores et déjà populaire. Si ce n'est pas déjà fait, à mon tour désormais de tenter de vous faire partir à la conquête de Golden Kamui le 25 août... 



Mais avant tout argument enflammé de ma part, Golden Kamui, ça raconte quoi ? Voici ce que nous en dit l'éditeur :

Saichi Sugimoto est une véritable légende de la guerre russo-japonaise du début du XXe siècle. Surnommé “l’Immortel”, il a survécu aux pires batailles menées dans les régions les plus sauvages qui soient. Mais quand le conflit se termine, il se retrouve seul et sans le sou... C’est alors qu’il apprend l’existence d’un fabuleux trésor de 75 kilos d’or accumulé par les Aïnous, peuple autochtone vivant en harmonie avec la nature. Hélas, le magot a été volé, puis caché par un homme désormais enfermé dans la pire prison d’Hokkaido. Les seuls indices menant au butin sont de mystérieux tatouages inscrits sur la peau de criminels évadés...
Pour Sugimoto, la chasse au trésor est lancée… Cependant, seul, il a peu de chances de s’en sortir. À peine sa quête commence-t-elle qu’il manque de se faire déchiqueter par un ours brun ! Il ne doit la vie qu’à l’intervention providentielle d’Ashirpa, jeune indigène liée aux propriétaires légitimes du butin. Ils décident de faire équipe pour affronter les nombreux dangers qui les guettent sur la route de l’or des Aïnous...


 Maintenant que vous en savez plus, passons aux BONS côtés de cette série, parce que oui, on peut en trouver plus d'un ...

Cet avis ne se base que sur la lecture des trois premiers chapitres que j'avais tenté (pas bien) bien avant l'annonce de Ki oon (je suis de bonne foi quand même).

01. Un scénario bien ficelé 

Comme on peut très vite le comprendre à la lecture du résumé officiel, nous sommes face à un scénario très intéressant et mieux encore, on se rend rapidement compte qu'il est bien ficelé et très prenant. En plus de cette chasse au trésor palpitante, les scènes du "quotidien" (si on peut les appeler ainsi) entre Sugimoto et Ashpira restent passionnantes et pleines de petits détails intéressants.


02. Des petites parcelles de l'Histoire

On ne va pas se mentir, ce qui me plait le plus dans Golden Kamui, c'est bien sa partie historique, parce que les titres historiques, moi, c'est mon dada dernièrement (et je suis sure que vous vous en voyez passionnés). Ainsi, on retrouve le côté très américain de la "ruée vers l'or", qui prend justement place peu de temps avant cette guerre russo-japonaise où s'installe le contexte de la série. Et bien que cette-dernière ne se passe pas en Amérique comme je le pensais au premier abord, reste que les petites références en font une série atypique de part son contexte historique.

03. Des combats héroïques

Bien évidement, cet étonnant duo va être confronté à de nombreux ennemis dans sa quête. Et des trois chapitres lus, je retiens cette incroyable scène où Sugimoto va devoir combattre un ours brun mangeur d'hommes, oui oui, rien que ça. Vous vous en douterez, cela donne lieu à une scène assez épique et très prenante. Il me tarde d'en voir plus quant aux compétences de ces deux-là réunis, car le moins que l'on puisse dire, c'est que cela va être explosif !



04. Un vrai dépaysement 

Au pays des mangas de nos jours plutôt formatés (ne nous voilons pas la face), Golden Kamui est un vrai bol d'air frais. Avec la culture aïnou, l'époque choisie et les événements qui vont survenir, on oublie pratiquement tous les clichés qu'on nous sert bien trop souvent avec ce type de seinen pour juste profiter à fond de l'histoire. Espérons que cet aspect très atypique continue sur la durée !

05. Portrait d'une aïnou 

La petite héroïne qui va accompagner Sugimoto est en effet originaire de cette ethnie du Japon et de la Russie justement, une aïnou, donc. Une culture qui m'était personnellement totalement inconnue (la page wiki est alors votre amie) et que j'ai trouvé extrêmement intéressant de retrouver dans ce manga, d'autant plus que son savoir va être bien utile dans toute cette histoire.

06. Un héros qui en veut

Surnommé "l'immortel" par ceux qui l'ont confronté, notre héros Sugimoto n'est pas n'importe qui. Combattant hors-paire, c'est surtout un battant qui va toujours de l'avant, balle dans le cou ou pas. Donc oui, il est bien immortel, c'en est flippant, mais ça rend en même temps le personnage très intriguant (si l'on oublie ce côté peu réaliste tout de même ...). Personnellement, je l'ai trouvé très sympathique et je reste pleine d'interrogations à son sujet.


07. Un duo détonnant 

Je pense qu'une des forces du titre sur la durée sera, au même titre que son scénario bien ficelé, le duo que forme les deux héros. Malgré leurs cultures et mentalités qui semblent bien différentes, le binôme fonctionne avec une alchimie plaisante, comme on peut le voir lors du combat contre l'ours brun. Il me tarde de les voir se rapprocher encore.

08. Un trait maîtrisé

Bien que certains ne le verront surement pas sans défauts, je trouve de mon côté le trait de Satoru NODA particulièrement intéressant, sur bien des points de vue. Les personnages, surtout, disposent d'un character design très séduisant et charismatique. Autre point intéressant, il se pourrait bien que le héros soit lié à l'auteur lui-même... Et c'est assez cool. (cf l'article de présentation de l'éditeur)


09. Un titre récompensé au Japon 

Récemment récompensé aux Manga Taisho Awards, ce qui n'est pas rien au Japon, le titre dispose désormais d'une très bonne visibilité. Il avait aussi été sacré second meilleur manga de l'année 2015 du Natalie Grand Prix, par les professionnels du milieu. Et tout ça, sans compter d'excellentes ventes au cours de cette année également. 


10. Un éditeur français plus qu'engageant

Mon dernier argument n'est certainement pas des plus objectifs, mais je pense qu'il reste un gage de qualité. C'est en effet l'éditeur Ki oon qui aura fini par mettre la main sur ce titre qui devait être ô combien convoité. Cette maison d'édition a su prouver, au fil des années, qu'elle disposait d'un certain talent pour sortir des titres sortant des sentiers battus et surtout, d'une qualité séduisante pour n'importe quel lecteur de manga recherchant des titres atypiques. Gageons qu'encore une fois, l'éditeur a fait une bonne pioche et que l'on pourra compter sur lui pour une jolie édition. 




Alors, êtes-vous convaincu à la lecture de cet article ? Je l'espère car, personnellement, j'attends ce titre de pied ferme dans mes petites mains fébriles. Vivement le 25 août !  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire