jeudi 23 avril 2015

Semaine du shôjo - L'héroïne la plus réussie du shôjo ?

© Mika Yamamori (Daytime Shooting Star)
Me voici de retour avec le nouvel événement interblog  de Club Shôjo, qui porte cette fois-ci sur un problème ô combien difficile à résoudre... Qui est le personnage féminin le mieux écrit du monde shôjotesque ? 



Je commence tout d'abord par une petite présentation de l'événement. Se déroulant du lundi 20 au dimanche 26 avril, la semaine du shôjo est un événement qui se focalisera, chaque jour de la semaine, sur un aspect de ce genre que l'on affectionne tant, nous les fleurs bleues. Je vous invite grandement à aller jeter un coup d’œil à leur planning, afin de connaître toutes les activités qui sont proposées sur le blog ;) Je remercie au passage ce dernier d'avoir pensé à moi pour cet événement, cela fait plaisir :D


Je me suis tout d'abord posé la question existentielle: qu'est-ce qui fait d'une héroïne une bonne héroïne ? Une gentille fille qu'on admire ? Non. Une fille courageuse, sans peur ? Non plus. Pour moi, l'héroïne parfaite c'est celle à laquelle on s'identifie, celle avec qui on vit des aventures parce que l'on se reconnaît dans celles-ci. Le genre d'héroïnes que j'affectionne tout particulièrement, c'est celles qui sont bourrées de défauts. Pourquoi, me direz-vous, alors que ce sont justement ces défauts qui peuvent les rendre insupportable ? Parce qu'à mes yeux, il est essentiel de m'identifier dans un personnage pour qu'il devienne un bon personnage. Comme tout le monde, cela me plait de voir une héroïne forte, généreuse, courageuse et tout le tralala, mais quand en plus, elle montre une part moins glorieuse d'elle même, ça, ça me plait. Tout simplement parce qu'elle en devient humaine en fait. C'est bien simple, si je ne m'identifie pas au protagoniste, je n'arrive pas à compatir à leurs joies et leurs peines.

© Karuo Shiina (Sawako)

Mais alors, qui je pourrais bien choisir dans tout ça ? Parce que les héroïnes imparfaites, on ne peut pas dire que ça court les rues dans le monde shôjotesque. Un flot de noms m'est venu en tête, aussi, je vais tricher un peu. Je suis tout bonnement incapable de choisir parmi mes six favorites, c'est bien simple, je les aime toutes autant. J'ai ainsi tenté de les répartir en catégories...

Tout d'abord, on a l'héroïne un peu "type" des bons shôjos. Celle qui n'est pas parfaite, loin de là, mais qui s'évertue à le devenir, qui tâtonne pour se transformer en quelqu'un de meilleur. En somme, c'est celles auxquelles les plus jeunes (ou pas forcément d'ailleurs) lectrices voudraient ressembler

© Io Sakisaka
(Blue Spring Ride)
Je vous avais déjà parlé de mon amour pour Io Sakisaka pendant la semaine du shôjo de l'année dernière, aussi, ce n'est pas vraiment une surprise, j'imagine, si j'évoque une de ses héroïnes : Futaba Yoshioka. Si cette héroïne me plait vraiment, c'est parce que je me reconnais dans ses défauts. Elle est du genre à craindre plus que tout la solitude, au point où elle peut se changer elle même pour l'éviter. C'est ça qui interpelle d'abord. On ne sait pas si elle est forte ou faible. Et cela fait sa force, parce que tout bonnement, elle est humaine. C'est le genre d'héroïne qu'on admire, mais en même temps, qu'on sait réaliste parce qu'elle fait, elle aussi, des erreurs de parcours, elle est même loin d'être parfaite. Et pour le coup, je me reconnais donc totalement dans ce personnage. C'est peut-être d'ailleurs celle dont je me sens le plus proche, pour ce qui est de ses faiblesses en tout cas.



© Mika Yamamori
(Daytime Shooting Star)
Dans le même genre, vient ensuite la turbulente Suzume Yosano. Comme je l'ai déjà évoqué, cette héroïne est un petit rayon de soleil parmi les héroïnes de shôjo. Elle est aussi adorable qu'elle peut être agaçante. De part sa nature très moqueuse premièrement, mais aussi parce qu'elle fait tout plein d'erreurs, elle n'est jamais vraiment sure de ce qu'elle fait. Mais tout ça, sans que l'on se dise qu'une telle fille ne peut pas exister. Son petit côté "campagnard" et naïf est bien dosé, elle ne devient pas idiote pour autant. En tout cas, c'est une héroïne dynamique et pleine de charme, et bon sang qu'est-ce que ça fait du bien !




© Ichigo Takano
(Orange)
Pour finir dans cette catégorie, je reviens sur l'adorable Naho Takamiya. Cette jeune fille est un vrai coup de cœur pour moi. Elle a à la fois tout de l'héroïne (son côté généreux, doux et aimant), et de l'autre, ses défauts peuvent devenir très agaçants. Elle est timide, jamais sure de ses choix, elle hésite à longueur de temps et a du mal (voire parfois ne fait pas d'effort) à changer tout ça. On peut lui reprocher ce côté un peu mou, mais moi, je trouve que cela donne du relief au personnage. Parce qu'en effet, il est difficile de changer sa propre personnalité, même si l'on a conscience de ses défauts. En dépit de tout, elle reste adorable et touchante. Quel talent Ichigo Takano ♥






Ensuite, je profite de cet article pour faire un "petit" commentaire sur les héroïnes de la fabuleuse Ai Yazawa. Parce que ses protagonistes féminins (et masculins aussi d'ailleurs), c'est pas n'importe quoi. Les trois que j'ai choisies illustrent parfaitement ma définition de l'héroïne idéale d'ailleurs.


© Ai Yazawa
(NANA)
Ainsi, les deux héroïnes de Nana, Nana Osaki et Nana Komatsu, sont deux héroïnes totalement opposées mais toutes les deux aussi attachantes. C'est justement cette opposition qui met en valeur un côté psychologique dans le manga qui souligne lui même la complexité de leurs caractères. J'ai mis du temps avant d'apprécier Hachi. Volage, indécise et souvent pas très intelligente, je n'avais vu au premier abord que ses défauts. Pourtant, en relisant le manga, je me suis rendue compte à quel point cette héroïne paraissait réelle. Je pense que beaucoup peuvent s'identifier à elle. Elle est dépendante des autres, certes, mais elle est loin d'être mauvaise. C'est une héroïne définitivement bien réussie à mon sens, au moins sur le plan psychologique. Je l'ai aimé autant qu'elle m'a déçue, de part ses choix principalement.

De l'autre côté, Nana Osaki et son esprit rebelle semblent avoir tout du modèle. A ma première lecture, c'est cette héroïne que j'aimais le plus. En nuançant un peu plus mon jugement, je me suis rendue compte qu'elle aussi avait ses défauts et qui plus est, des défauts bien handicapants. Elle est orgueilleuse, parfois un peu égoïste et peut être aussi dépendante des autres que l'est Hachi. Mais en dépit de tout, c'est son côté réellement chaleureux qui ressort. Je me suis beaucoup attachée à elle en tout cas.


© Ai Yazawa
(Paradise Kiss)
L'héroïne de Paradise Kiss, Yukari Hayasaka, est également une réussite de mon point de vue. Je l'ai comprise du début à la fin. Sous ses airs bosseurs, c'est une jeune femme qui ne sait pas quoi attendre de la vie jusqu'au jour où elle rencontre George. Se révèle alors une femme déterminée, passionnée et persévérante. Malgré ses petits airs de princesse, j'ai été touchée par ce personnage, je m'y suis parfois identifiée. Elle est donc, à mon sens, parfaitement bien écrite.









Pour finir (oui, vous êtes presque au bout de cet article interminable ! :D), j'ai hésite à évoquer deux héroïnes bien différentes des autres : Nika Tamiya et Hatori Matsuzaki. Ce sont en effet, deux belles anti-héroïnes, mais je ne peux pas non plus dire qu'elles sont parfaitement bien réalisées. La première vaut pour son côté plutôt "vrai" de la femme. Oubliée la gentille princesse parfaite sous tous les bords, Natsumi Aida vient avec l'idée de rendre celle-ci la plus réaliste possible, avec ses défauts et autres manies pas très princières. J'aimais l'idée de base, mais seulement, Nika se ramollit de plus en plus au fil des volumes et perd souvent en intérêt. Difficile, donc, de dire que c'est une héroïne totalement réussie à ce stade.

Ensuite, Hatori est une héroïne terriblement imparfaite : elle est manipulatrice, totalement obsédée par l'homme de ses rêves, pas particulièrement intelligente, elle fait souvent de mauvais choix. Mais à côté de ça, elle est aussi terriblement drôle. J'ai souvent l'impression qu'on voit plus ses défauts que ses bons côtés. J'ai eu un petit coup de cœur pour cette héroïne un peu mesquine, mais je ne peux pas non plus dire qu'elle est excellente. Parce que voilà, malgré un certain aspect réaliste, je n'ai pas réussi à m'identifier à elle, il lui manque un petit truc pour en faire un personnage réussi sous tous les points. Mais c'est une héroïne que j'aime suivre tout de même.
© Natsumi Aida
(Switch Girl)
© Momoko Koda
(No longer heroine)

Voilà, j'ai bel et bien triché, en ne choisissant pas une héroïne parfaite, mais six.... Si je devais vraiment choisir celle que j'aimais le plus, peut-être que je pencherais vers Futaba. Mais la différence avec les quatre autres serait vraiment, mais alors vraiment minime. 



Et maintenant, place aux autres blogueurs! N'hésitez-pas à aller découvrir leur articles sur le sujet, et bien entendu, leur blog tout simplement ;)

Cette  liste sera mis à jour au fur et à mesure que les articles paraîtront.

• Paoru
• Yaoi Cast (article)
• Heaven Manga (article)
• Instantané (article)
• L'Antre de la Louve (article)
• Hana Borderland (article)
Ma petite médiathèque (article)
Nuits sans sommeil (article)
Le Chapelier Fou (article)
Mirrors (article)
Club Shôjo (article

Et vous, qui est votre héroïne de shôjo fétiche et pourquoi ? Qu'est-ce qui fait, selon vous, une héroïne idéale ? Dites-moi tout ;) 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire